Forum RPG MARVEL ULTIMATE PRIVEE
 
Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Discussion à la bibliothèque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Nathan Clair

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/08/2014
Age : 19
Localisation : Gallup, New Mexico, Base N.E.M.E.S.I.S.

MessageSujet: Re: Discussion à la bibliothèque   Mar 12 Mai - 13:15

Le mutant l'attira à lui pour l'embrasser encore. Ses ongles lui griffèrent le crane, et un long frisson dévala le dos nu de Nathan. Il avait eu juste assez mal pour que sa peau se couvre de chair de poule,  pour que chaque nerf de son corps soit parcouru d'un délicieux et chaotique courant électrique, embrumant son cerveau d'une cacophonie erratique de sensations. L'air qu'il inspira sèchement avait le goût de Wallace. Comme s'il craignait de lui avoir fait mal, celui-ci caressa avec une douceur infinie la surface de son crane, ses doigts emmêlés dans ses cheveux en bataille. Ses yeux gris étaient plantés dans les siens et Nathan ne pouvait pas détourner le regard. Même quand il sentit sa main sur la sienne qui le guidait entre ses jambes, il était toujours suspendu à ses iris gris.
Mais quand il referma les doigts sur l'érection de Wallace, il se redressa lentement, arrachant à contre cœur ses lèvres à celles-du mutant.
C'était un spectacle qu'il ne pouvait pas, qu'il ne voulait pas rater.
Il passa lentement son pouce sur toute la longueur, admirant ce qu'il tenait dans sa main, contemplant ce qu'il s’apprêtait à faire. Sa peau était si douce, se dit-il, et il était tellement dur...
Sans même réfléchir, il saisit ferment la hanche de Wallace dans sa main gauche et, de l'autre, il se mit à bouger. Lentement.
Il était hors de question que ça se passe trop vite. Il avait envie de voir Wallace grimper doucement la pente avant de se lancer dans le vide. Il voulait qu'il goûte chaque instant autant qu'il voulait, lui, imprimer à jamais dans sa mémoire chaque vallonnement, chaque détail de cette peau si douce. Ces pensées s'entrechoquaient confusément à l'arrière plan de son esprit, parce que son attention était toute entière tournée vers le visage de Wallace, vers la moindre moue de ses lèvres, sur les moindres contractions de ses muscles, et sur la bite qu'il tenait entre ses mains, sur le poids ce celle-ci au creux de sa paume.
Il s'appliqua à parcourir toute la longueur de son sexe aussi lentement qu'il le pouvait à chaque passage. Ses doigts bougeaient avec les longs gestes fluides qu'il maîtrisait si bien.
Les mains de Nathan avaient déjà servi amplement à ce genre de taches. Ça faisait longtemps qu'il n'avait plus honte de cet aspect de sa vie, et voir la réponse que chacun de ses gestes arrachait à Wallace le remplissait d'une joie sauvage et familière. C'était toujours une sensation magnifique, de se savoir maître d'un corps plus grand que le sien, de savoir que chaque pression de ses doigts, chaque torsion de son poignet allait arracher à l'autre une réaction de plaisir qu'il avait, lui, Nathan Clair, provoquée.
Mais, pendant qu'il buvait du regard les expressions du garçon étendu sous lui, la satisfaction féroce qu'il connaissait bien laissait place à autre chose : une tendresse qui, elle, n'avait plus grand chose de familier depuis un moment.  Elle, n'avait à voir qu'avec Wallace, et il n'avait pas ressenti quoi que ce soit de semblable depuis la Vague. Il n'avait pas envie de se sentir en contrôle, de toucher et de se laisser toucher mécaniquement dans le seul but de s'oblitérer en quelques instants de climax. Il voulait se laisser aller. Il voulait chérir son corps, avec tout ce qu'il avait en lui. Il voulait se souvenir de ce moment pour toujours.

Je crois que je l'aime, pensa-t-il, et à n'importe quel autre moment cette pensée l'aurait rempli de panique mais là, il s'en foutait complètement.

Il accéléra son rythme progressivement, régulièrement, sentant Wallace se contracter de plus en plus fort en réaction à ses gestes. Quand les halètements du mutant tendirent jusqu'à se fondre en un long gémissement brisé et continu, il se força à ralentir, même s'il ne voulait rien d'autre que continuer d'entendre ces sons délicieux se tendre jusqu’à la rupture. Le mutant renversa la tête contre la table, exposant sa gorge, et Nathan ne put résister à la tentation d'embrasser ce cou tendu vers lui. Sa peau était salée.
Il resserra encore d'avantage sa prise sur la hanche du mutant et l'attira contre son bassin, plus près, toujours plus près. Il reprit à bouger plus vite, sentant vibrer le gémissement de Wallace contre ses lèvres. Se redressant, il ralentit à nouveau, reprenant ses mouvements lents et fluides, se mordant la lèvre à la vue de la goutte translucide qui perlait au bout de la bite du mutant. Le voir mouiller  envoya en travers de son bassin un pic de plaisir si intense que son front se couvrit de sueur. Il lutta furieusement contre la tentation de lécher cette petite perle limpide, de goûter sa saveur sur sa langue.
Au lieu de ça il passa son pouce sa fente, humidifiant son doigt et le bout de sa bite, profitant du glissement pour parcourir son frein tendu. Le corps entier de Wallace se contracta en un sursaut , un spasme qui s'accompagna d'un glapissement si lascif que le mutant se plaqua une main sur la bouche. Nathan vit ses yeux se faire humides. Les petits cris qu'il étouffait contre sa paume ressemblaient presque à des sanglots.

« Putain, Wallace. » gémit-il « Tu es tellement... merde, tu m’excites tellement. »

Le mutant transpirait, les muscles de ses cuisses serrés presque douloureusement autour de ses hanches, le regard trouble, la respiration brisée.  Il cambrait ses reins pour pousser sa bite contre sa main, encore et encore, comme s'il en voulait plus, toujours plus.
Il était tellement, tellement putain de beau.
De sa main gauche, Nathan écarta le bras de Wallace de son visage et s'appropria férocement ses lèvres.
C'était un baiser débauché et sale. Aucun des deux n'avait encore la coordination pour faire ça bien, et Nathan aimait ça comme ça : mouillé, barbare, farouche. Wallace ahanait dans sa bouche, clairement au bord du gouffre.
Le sorcier ne pouvait plus attendre. Il fallait qu'il le pousse dans le vide, qu'il le voit se briser en mille morceaux entre ses mains.

« Je veux te voir. » murmura-t-il, pantelant, quand il mit fin à ce baiser obscène qui avait laissé ses lèves meurtries et moites, « Je veux te voir jouir. »

Se redressant encore une fois, Nathan mit en place un rythme stable, régulier, un tout petit peu plus rapide qu'au début, modulant avec soin la pression de ses doigts tremblants pour que Wallace puisse bien les sentir monter et descendre sur toute la longueur de son érection luisante. Ignorant les battement furieux de sa propre bite, il glissa sa main gauche en travers de l'abdomen de Wallace, outrepassa son nombril, s'insinua entre ses jambes. Il n'avait pas changé de rythme, et il pouvait sentir le mutant se crisper par à-coups, ses doigts s'enfoncer convulsivement dans son avant-bras.  Les balbutiements qui s'échappaient d'entre ses lèvres entrouvertes et tremblantes n'avaient plus rien de cohérent, ni de décent.
Sans arrêter de le toucher, Nathan plaça délicatement sa main entre les cuisses de Wallace, formant une coupe avec sa paume pour masser doucement tout son entrejambe, posa ses doigts sur la chair tendre sous ses parties et y appliqua une pression ferme.

Le mutant se cambra brusquement, ouvrit la bouche comme pour dire quelque chose, pour le prévenir, mais il ne laissa échapper qu'un long gémissement inarticulé pendant qu'il basculait. Entre la surprise et la vénération, Nathan le regarda jouir abondamment, s'épancher en longues vagues sur ses doigts, sur son ventre et sur son torse, s’abandonnant aux spasmes qui secouaient son bas ventre avec des courts cris tendus, son dos arqué contre le bois sombre de la table et une expression stupéfaite sur ses traits fins tandis qu'il se voyait lui même se répandre en longues lignes laiteuses qui coulaient sur les doigts de Nathan. Son cri se brisa en un couinement lascif tandis que les dernières pointes de plaisir contractaient son érection, assez intenses pour secouer tout son corps. Nathan continua de bouger jusqu'à la fin, accompagnant doucement les dernières contractions de Wallace avec ses doigts glissants, avant de s’arrêter. Wallace se laissa retomber sur la table, frissonnant, à bout de souffle, une goutte de transpiration dévalant lentement son torse.

Ils restèrent comme ça un instant, reprenant leur respiration, les mains ne Nathan toujours entre les jambes de Wallace, celles du mutant se relaxant lentement contre le bois sombre de la table. Quand le mutant releva la tête pour le regarder, Nathan admira son visage rosi par l'orgasme, ses paupières lourdes, ses lèvres rouges, ses sourcils très légèrement froncés sur ses yeux brillants. Il avait l'air si totalement, si admirablement baisé.
Il déglutit, sa propre érection se rappelant douloureusement à lui.

« Wow. » souffla-t-il, encore surpris par la violence de la réaction de Wallace « Okay. Ça... c'était la chose la plus baisante que j'ai jamais vue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wallace Plumtree

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 30/08/2014
Age : 19
Localisation : Projet N.E.M.E.S.I.S.

MessageSujet: Re: Discussion à la bibliothèque   Dim 8 Mai - 18:54

C'est donc ça que l'on ressent ?

Wallace serra les poings, ses ongles raclant le bois de la table. Ses yeux ne pouvaient pas se détacher de Nate, du vert de ses iris sous ses sourcils froncés, des quelques taches de rousseur qui constellaient sa peau, de l'air de concentration qui imprégnait son visage tandis qu'il le touchait. Le sorcier se mordait la lèvre, et quand ses yeux rencontrèrent les siens, il put jurer avoir entendu un gémissement lui échapper.

Il aime ça. Ça l’excite de me toucher.

Il ne put arrêter le gémissement qui outrepassa ses lèvres. Son bas ventre était comme pris dans un étau, la pression montant toujours plus entre ses jambes au rythme des mouvements de Nate.

Comment est-ce-que ça peut être aussi différent de quand c'est juste moi ?

Il renversa la tête en arrière, serrant les paupières face à la vague de plaisir qui manqua de le faire basculer. Ahanant, il réalisa qu'il ne contrôlait plus son bassin, qui poussait encore et encore sa bite entre les doigts de Nathan.

Comment ça peut être aussi bon ?

Les lèvres de Nathan s'écrasèrent sur les siennes, lui coupant le souffle. Il cria pratiquement dans sa bouche, faisant vibrer le son contre sa langue, contre ses dents qui raclaient contre les siennes. Son pouce appuyait en longeant son frein à un rythme soutenu. Wallace avait les joues en feu, la totalité de son bas ventre était contracté, agité de tremblements, et la tête lui tournait. Nate se redressa, laissant ses lèvres brûlantes, et il avait l'air fiévreux tandis qu'il murmurait :

« Je veux te voir.  Je veux te voir jouir. »

Wallace sentit que la pression entre ses jambes atteignait le point de non retour. Il allait jouir dans ses mains, les mains de Nathan, là, tout de suite. Doucement au début, puis de plus en plus fort, des cris brefs jaillirent de sa gorge, tandis que ses doigts s'enfonçaient convulsivement dans le bras de Nathan. Chaque pic de sensations dépassait le précédent jusqu'à devenir si intense que ça frôlait la douleur. Quand il sentit la pression supplémentaire que Nate exerçait avec son pouce entre ses jambes, il perdit le contrôle de ses muscles.
Il se cogna presque la tête contre la table en se cambrant, et se rendit compte qu'il criait, et ne put qu'écarquiller les yeux tandis que la pression se relâchait par a-coups fracassants dans son abdomen.
Il vit qu'il en mettait absolument partout, sur les doigts de Nate, sur son ventre, jusqu’à sur sa poitrine.  Il vit les yeux de Nate, son air presque surpris tandis qu'il dévorait des yeux son corps agité de soubresauts. Puis, il vit trouble, tandis que les derniers pics de plaisir contractaient sa bite.
Peu à peu, les vagues refluèrent pour laisser place à une sensation aiguë d'engourdissement. Son cerveau était noyé dans une brume épaisse, comme s'il venait de se réveiller. Son souffle, qui s'était coincé dans sa poitrine, exhala en sifflant d'entre ses lèvres et il resta un instant comme ça, complètement sonné.

Il entendit Nathan souffler son admiration, la voix tendue d’excitation .

« Wow. Okay. » disait-il «  Ça... c'était la chose la plus baisante que j'ai jamais vue. »

« A qui le dis-tu. » répondit-il faiblement, sa voix comme dans du coton, avant de l’appeler doucement d'une traction sur son bras, et bientôt ses lèvres furent à nouveau contre les siennes, leur toucher déjà familier, doux, apaisant.

Lentement, tandis qu'il l'embrassait encore, un sourire fendit son visage, et il eut envie de rire, de rire, de rire et de ne plus jamais s’arrêter.

« Oh, Nate, » murmura-t-il « C'était... wow. C'était génial. »

Si les voix dans sa tête étaient encore en état de s'exprimer, elles ne se manifestèrent pas.
Un sourire ravi éclaira lentement le visage de Nathan, encore rouge d’excitation.

« Vraiment ?  Je... » entreprit-il, mais Wallace l'interrompit en l’attrapant par les cheveux et en recollant ses lèvres contre les siennes.

Il s'en donna à cœur joie, sa langue explorant langoureusement, ses doigts fermement ancrés dans les mèches blondes de son compagnon.
Les ongles de Nathan s'enfoncèrent dans ses hanches, sa respiration s'emballa à nouveau. Il était encore tellement dur. Wallace pouvait sentir son érection contre sa cuisse. Il s'en mordit les lèvres d'anticipation.

A mon tour, maintenant.

Lentement, il parcourut le dos nu de Nathan du bout des doigts, laissant traîner ses ongles contre sa peau. Nate frissonna violemment et avec ses pouces, Wallace massa la chair ferme de ses hanches, et sentit que le sorcier se cambrait. Sa bouche s'arracha à la sienne tandis qu'il l'attirait contre lui, sa poitrine écrasant la sienne. Il plaça une main derrière sa tête et attira son cou contre sa bouche. Les lèvres de Nathan étaient tout près de son oreille et il put l'entendre ahaner tandis qu'il embrassait la peau tendue de sa gorge.
Son cerveau encore englué de plaisir, Wallace mourait d'envie de lui rendre la pareille, de l’entendre gémir et crier.
Nate se pressa éhontément contre lui, avide, tandis qu'il poussait son érection contre sa jambe.

« S'il te plaît... » gémit-il, se redressant assez pour poser un autre baiser sur les lèvres de Wallace « Si tu as encore envie... »

Ses yeux étaient suppliants.

« Touche moi, Wallace. » le pria-t-il « Je n'en peux plus.  »

En guise de réponse, Wallace poussa Nathan sur le coté et le retourna, coinçant son gémissement dans sa bouche avec un nouveau baiser.
Il n'allait pas se faire prier.

Comment je vais m'y prendre ?

Un peu frénétiquement, Nate chercha  les mains de Wallace et les guida avec douceur vers son entrejambe. Wallace n'hésita pas et baissa d'avantage le pantalon de Nate, frôlant son érection. Ce fut assez pour arracher un couinement lascif à Nate, qui se plaqua contre lui, tremblant d'anticipation.
Mais Wallace avait autre chose en tête.

Allez, je fonce. Geronimo, et tout le bordel.

Se redressant, il entraîna Nathan avec lui jusqu'à ce qu'ils se retrouvent tous les deux debout, le sorcier coincé entre lui et la table, son pantalon à mi-cuisse et les mains sur ses épaules.

« Je... » entama Wallace, et Nate le fixa, un peu perplexe, son visage à quelques centimètres seulement du sien « Je veux le faire avec ma bouche. »

Nate écarquilla les yeux, et Wallace put sentir distinctement son érection se contracter contre son ventre. Son visage devint blanc pendant une fraction de seconde avant de rougir furieusement.

« Je... Tu... » bafouillât-il, pour la plus grande joie de Wallace « Ta... ta bouche ? »

Il se mordit la lèvre, et Wallace jura qu'il tremblait.

« Tu... » bégaya-t-il « Tu es sur ? »

Wallace sourit, caressant ses hanches. Il posa un baiser sur sa clavicule, puis sur son torse.
C'était définitif, Nate tremblait. Il respirait de façon saccadée et ses genoux grelottaient.

« Tu... tu n'es pas obligé d'aller jusqu’au bout, Ok ? » gémit-il, posant ses mains sur ses épaules.

« Hmm hm. » fredonna Wallace, effleurant son nombril de ses lèvres. S'agenouillant lentement, il posa un baiser sur sa hanche, puis sur la chair tendre tout en haut de sa jambe, sur le pli de son aine. Il y avait un tatouage à cet endroit, deux idéogrammes encrés en noir. Il le suça un peu, frôlant de son nez les poils de son entrejambe. A cet endroit, l'odeur de Nathan était étourdissante, sèche et musquée, à l'en faire littéralement saliver.

« Oh mon Dieu, Wallace. » lui parvint d'en haut la voix tremblante de Nathan.

Il prit son érection dans sa main, entendit sa respiration se coincer dans sa gorge et son corps se contracter. Sa peau était si douce, pensa-t-il en la caressant avec son pouce. Sans même réfléchir, il répéta l'expérience avec ses lèvres, et déposa un baiser sur le coté de son sexe.
Les mains de Nathan s'enfoncèrent dans ses cheveux, et Wallace leva les yeux vers lui. Nate avait l'air de quelqu'un qui allait s'évanouir. Le mutant lui sourit, avant de refermer la bouche autour de l'extrémité de sa bite.

C’était chaud et doux et plus agréable encore que ce qu'il avait imaginé. En faisant lentement le tour avec sa langue, il apprécia la sensation de sa peau lisse. Là-haut, Nate laissa échapper un long gémissement.
Wallace savait qu'il n'était pas un expert, mais il était étonné du nombre d'idées qui lui venaient à l'esprit pour la suite. Il décida de suivre son instinct. Sans se presser, il l'entoura de ses lèvres et essaya de descendre pour le prendre en entier. C'était dur de bouger et de respirer en même temps, mais il fit de son mieux. Quand il ne peut plus avancer, il recula et recommença. Avec le glissement de sa salive, c'était plus facile. Contre ses dents du dessous, il pouvait sentir une veine qui pulsait. La sensation de sa bouche remplie par sa bite chaude et dure était fantastique. Il essaya de déglutir, recula, y parvint, et laissa échapper un soupir de contentement en le reprenant en entier.

Je comprends mieux toute la hype autour de ça
.

Nate, lui, semblait avoir complètement perdu le contrôle de sa respiration. Son souffle était si tendu qu'il se prenait constamment dans se gorge. Ses doigts serraient son crane, glissaient sur ses tempes rasées, caressaient les mèches rebelles qui tombaient devant ses yeux.

 « Merde, Wallace... » siffla-t-il, comme hypnotisé par la vision qui s'offrait à lui.

Un rythme commençait à s'installer pour Wallace qui, se laissant entraîner par son instinct, poussait de plus en plus vers le fond à chaque passage, jusqu’à sentir son extrémité reposer contre les muscles de sa gorge. Ça lui fit monter les larmes aux yeux, mais le résultat en valait la peine, car Nate renversa la tête en arrière, et Wallace put sentir qu'une petite goutte commençait à couler directement sur sa langue, rendant l'intérieur de sa bouche encore plus glissant. C'était super, une sensation grisante, et il accéléra autant qu'il le pouvait, parcourant avec soin la totalité de sa longueur avec le plat de sa langue à chaque aller-retour. Il était à nouveau dur, et pour cause. Les sensations dans sa bouche et les couinements continus de Nate étaient tellement excitants qu'il gémit à nouveau, saisissant fermement les hanches du sorcier, le prenant dans sa bouche avec un abandon croissant, la mâchoire détendue, le nez pressé contre la peau de son bas ventre.
Soudain, la main tremblante de Nathan saisit ses cheveux, l’arrêtant net.

« Wallace... »

Le mutant leva le regard, ne conservant que la pointe entre ses lèvres  sans arrêter de la caresser avec sa langue. Les yeux de Nathan étaient embués, et il pressait le dos de sa main contre sa bouche.

« Je vais... » balbutiait-il «  Si tu continues, je vais... »

Wallace sentit sa respiration s'emballer et sa bite se contracter entre ses jambes. Il ne savait pas comment il allait gérer ça, mais l'idée de Nathan jouissant dans sa bouche... Il n'y aurait renoncé pour rien au monde. Avec un gémissement d'approbation, il reprit à bouger sans détourner les yeux du visage de Nathan, dont la peau des joues devint écarlate.

« Putain, Wallace... » gémit-il, renversant la tête en arrière « Je vais... putain de merde. »

Il put sentir que son bassin bougeait contre sa volonté, alors il accéléra encore un peu le rythme, fit de son mieux pour ne pas lui faire mal avec ses dents, pétrissant ses fesses pour l'attirer le plus possible dans sa bouche.

« Wallace, » la voix de Nathan se transforma en litanie incohérente, les seules choses qui s'en détachaient des imprécation et son nom, son nom répété encore et encore, « Merde, Wallace, Wallace, Walla... »

Avec un long gémissement inarticulé, Nate jouit. Wallace le sentit se déverser dans sa bouche par courtes vagues chaudes. Sa bouche se remplit de liquide épais, au goût métallique. Il voulait avaler mais n'y parvint pas, alors il retint son souffle tandis que Nate ralentissait lentement, une main pressée sur sa bouche, l'autre se relaxant doucement dans ses cheveux . Quand il glissa hors de lui, le mélange coula abondamment sur son menton. C'était légèrement sucré. Wallace s'essuya la bouche du revers de la main, une pointe de fierté dans la poitrine.

Ça c'est bien mieux passé que prévu.


Nate se laissa aller contre la table, soudain privé de tonus. Ses mains glissèrent sur les joues  de Wallace et y déposèrent des caresses. Il lui lança un regard sonné, éperdu. Ses yeux étaient brillants, ses cheveux un désastre et ses joues couleur grenade.

« Putain, Wallace. » souffla-t-il, reprenant lentement son souffle. « Ça va ? »

Le mutant sourit, prit la main que Nate lui tendait et se leva. Ses genoux crissèrent un peu. Il ne s'était pas rendu compte de l'engourdissement de ses jambes.

« Oui. » murmura-t-il, l'embrassant doucement « En pleine forme. »

Nate lui rendit son baiser, puis passa sa main sur son torse mouillé.

« Putain, je t'en ai mis partout. » fit-il «   Désolé. »

Il se mordit les lèvres, puis fronça un peu les sourcils, voyant que Wallace massait sa mâchoire engourdie.

« Tu es sur que ça va ? Ça t'a... enfin, c'était pas trop... ?»

Wallace l'enserra dans ses bras, caressant son épaule de ses lèvres, y déposant des petits baisers.

« J'ai adoré. » le rassurât-il « Tu peux en  témoigner toi-même, je crois. »

Il pressa doucement son érection naissante contre le ventre de Nathan, qui sourit, avant de se laisser aller contre lui, soupirant d'aise.

« Pas mal pour une première fois, non ? » lui demanda Wallace.

Nate rit doucement au creux de son cou.

« Je crois qu'on tient un vrai talent. » dit-il, caressant ses cheveux.

Il posa un baiser sur son cou, puis soupira à nouveau.

« Hm. » ronronnât-il « J'en avais besoin. »

Wallace rit un peu à son tour. C'était peut-être bizarre, mais il se sentait très fier de lui-même.

Wallace un, pensa-t-il, virginité zéro.

Ils restèrent ainsi, l'un contre l'autre, dans la bibliothèque silencieuse. Wallace ferma les yeux et inspira l'odeur de Nathan. Son goût encore sur sa langue lui rappelait constamment ce qu'il venait de faire, et il sourit contre son épaule. Il n'allait pas oublier ce jour de sitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Clair

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/08/2014
Age : 19
Localisation : Gallup, New Mexico, Base N.E.M.E.S.I.S.

MessageSujet: Re: Discussion à la bibliothèque   Dim 8 Mai - 19:02


Nate, le visage enfoui dans le cou de Wallace, se mordit la lèvre. Il pouvait encore sentir son propre goût sur la langue du mutant, quand il l'avait embrassé. Il avait les genoux faibles et le cerveau cent pour cent grillé. Il avait joui tellement fort que c'en était presque gênant.

Pour ma défense, pensa-t-il, c'était objectivement bandant.

Il revit de Wallace agenouillé devant lui, le visage entre ses jambes, ses lèvres roses serrées autour de son érection, ses yeux gris et troubles tandis qu'il prenait toute sa longueur dans sa bouche. La sensation brûlante de ses lèvres glissant autour de sa bite, l'air diligent qui fronçait par moments ses sourcils, l’excitation dans ses yeux grands ouverts quand il avait commencé à se déverser sur sa langue...
A ce moment précis, on lui aurait demandé son nom ou la date du jour, Nathan n'était pas sur qu'il aurait su répondre. Il avait voulu éviter de lui remplir la gorge de foutre, mais Wallace l'en avait empêché et c'était définitivement ça qui l'avait fait basculer.

Et dire que c'était sa première fois...

Jamais de sa vie il n'aurait oublié un tel spectacle. Il passa ses doigts dans les cheveux rasés de Wallace, qui étaient si doux.

Dire que j'ai failli renoncer à tout ça.

Soudain, il fronça les sourcils. Un frisson étrange coula le long de sa nuque, et il se redressa un peu. Il n'arrivait pas à identifier ce qui l'inquiétait, mais ça imprégnait l'air, comme une présence hostile.

« Nate, ça va ? » entendit-il Wallace lui demander, et la sensation se dissipa aussi vite qu'elle était apparue.

« Oui, bien sur. », murmura-t-il, reprenant ses esprits, déposant un baiser sur son oreille.

Cette bibliothèque était pleine d'artefacts et de textes étranges, et ça n'était pas la première fois qu'il y ressentait des présences bizarres.
Il regarda Wallace, et s'aperçut que ses yeux s'étaient de nouveau voilés. Ses caresses se faisaient plus puissantes, ses mains s'enfonçant plus fort dans son dos.

Wow, pensa-t-il, il en veut encore, et l'idée le remplit d'une joie sauvage.
Subrepticement, il se pressa un peu plus contre lui. Il était déjà de nouveau complètement dur.

« Nate... » murmura-t-il dans son oreille, la voix rauque « Tu penses que tu... ».

Un sourire féroce fendit le visage de Nathan, et il l'embrassa lentement, mordillant sa lèvre avec délectation.

« Je pense, oui. » gronda-t-il.

Il s’arrêta, cependant, et s'écarta un peu. Il pouvait parfaitement retourner se noyer dans les sensations que Wallace lui offrait, mais avant, il y avait quelque chose qui le taraudait. Il fallait qu'il lui dise, avant qu'il ne soit trop tard.

« Écoute, Wallace, » entreprit-il « avant qu'on reprenne... »

Il se passa une main dans les cheveux. Wallace le regardait, patient malgré l’excitation visible sur son visage. Nate baissa les yeux, le souvenir de leur discussion encore douloureux.

« Je suis désolé pour tout à l'heure. » dit-il « Je ne pense pas que t'aies besoin que je te le dise, mais je n'allais pas bien. C'était vraiment... Enfin, ça a du être flippant, dans le genre montagnes russes émotives. »

Il se mordilla la lèvre, caressa distraitement le tatouage sur l'épaule gauche du mutant.

« Désolé. » conclut-il.

Wallace marqua une pause, puis hocha la tête, sérieux.

« C'est ok, Nate. » dit-il, caressant sa joue avec le dos de sa main.

Nathan ne put s’empêcher de tendre son visage vers ce toucher apaisant, et posa sa main sur la sienne. Il sourit, reconnaissant.

« Tu as eu une journée pourrie. » conclut Wallace.

Nate rit doucement, pressant son visage contre le torse du mutant, ses bras fermement ancrés autour de ses hanches.

« Oh, » plaisanta-t-il « je ne dirais pas ça. »

Wallace sourit à son tour, avant de passer une main dans ses cheveux, fort, massant sa nuque. Nate soupira d'aise.

« Ah bon ? » rétorqua-t-il « Pas si pourrie que ça ? »

Nate frissonna en sentant sa main descendre dans son dos, jusque dans le creux de ses reins. Il leva les yeux et Wallace l'embrassa consciencieusement.

« Non, » murmura-t-il, le souffle déjà un peu court, quand il eut fini « Pas si pourrie du tout. »

Wallace manifesta son approbation en reprenant possession de ses lèvres, tandis que ses mains, elles, se faisaient plus intrépides et allaient caresser la courbure de ses fesses. Nate massa le plat de son ventre, descendant doucement, appréciant la douceur des poils épais qui le guidaient vers...

Il s’arrêta net, se crispa, ses sens en alerte.

Encore.

Le long frisson qu'il avait ressenti tout à l'heure était de retour, mais cette fois, il était plus fort, dressant les poils de sa nuque, nouant sa gorge.

« Nate ? » fit Wallace, s'écartant, surpris «  Qu'est-ce qu'il y a ? ».

Le sorcier déglutit, douloureusement. Sa bouche était sèche et ses méridiens picotaient, lui lançant de brefs appels douloureux.

« Wallace, » murmura-t-il « quelque chose ne va pas. »

Le mutant déchanta immédiatement, réagissant à l'urgence de sa voix.

« Comme quoi ? » demanda-t-il.

Nate fronça les sourcils. Il ne comprenait pas. L'énergie qu'il ressentait ne ressemblait à rien de ce qu'il connaissait, et, pire, elle continuait de grandir, faisant bourdonner ses oreilles, et battre le sang à ses tempes.

« Je ne sais pas, » répondit-il « Mais je n'aime pas ça. »

Se baissant, il récupéra son pantalon, qu'il renfila rapidement.

« Merde. » se souvint-il « Tes vêtements. »

Wallace lui lança un regard, et Nate savait qu'en temps normal, il aurait souri, sarcastique.

« Pas de souci à te faire pour ça. », dit-il, et en un claquement de doigts, il était à nouveau habillé.

Nate ramassa son t-shirt et l'enfila à la va-vite, se dirigeant vers la sortie. Il n'avait pas fait deux pas, qu'il se sentit vaciller. Perdant l'équilibre, il se rattrapa en catastrophe contre le bois gravé de la porte. Son front se couvrit de sueur, et il frissonna plusieurs fois.

« Nate ! » s'écria Wallace en s'élançant auprès de lui.

Il posa sa main sur son épaule et l'interrogea, la voix tendue, essayant d'intercepter son regard:

« Qu'est-ce qui ne va pas ? »

Pressant sa main contre sa bouche, l'énergie pesant sur lui si violemment qu'il en avait la nausée, Nate fit de son mieux pour rester lucide.

« Je ne sais pas. » bégaya-t-il, sa magie se déroulant en soubresauts bizarres et douloureux dans sa poitrine, « Il y a quelque chose dans la base. »

Au prix d'un effort titanesque, il se retourna, pressant son dos contre le mur, renversant sa tête contre sa surface froide. La présence était écrasante, poisseuse : il avait l'impression qu'on l'immergeait dans un bassin de liquide poisseux qui l'engluait en l’entraînant vers le fond. Faiblement, sa magie se rebellait, se déversant dans ses veines, instable.

« Wallace, » murmurât-il, ravalant la vague de panique qui s'insinuait dans sa voix «  Il faut que tu ailles chercher les autres. »

Voyant que le mutant hésitait, il saisit son poignet. Il sentait avec certitude qu'ils étaient tous en danger.

« Je te rejoins dés que je peux, » insista-t-il, « mais en attendant, il faut que tu y ailles. » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wallace Plumtree

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 30/08/2014
Age : 19
Localisation : Projet N.E.M.E.S.I.S.

MessageSujet: Re: Discussion à la bibliothèque   Dim 8 Mai - 19:17



Wallace ne se le fit pas répéter deux fois. Ravalant son inquiétude, il se redressa et ouvrit la porte, jetant un dernier regard à Nathan qui tentait de se relever en prenant appui sur le mur.

« Vas-y, Wallace. » gémit-il entre ses dents serrées, et le mutant acquiesça avant de s'élancer dans le couloir.

Quelqu'un va prendre cher, pensa-t-il sombrement, les poings serrés tandis qu'il prenait de la vitesse.
Le couloir était désert, et aucune alarme ne sonnait. Accélérant encore le pas, il se dirigea vers le mess.

Qu'est-ce qui se passe, bordel ? 


Il s’apprêta à appeler ses compagnons quand, déboulant au coin d'un couloir, il faillit entrer en collision avec l'agent Fitz. Il avait l'air paniqué, et Wallace le prit par l'épaule.

« Vous allez bien ? » demanda-t-il « Que se passe-t-il ? »

L'agent fit de son mieux pour se calmer et reprendre son souffle. Wallace commençait à perdre patience, mais le scientifique put enfin répondre :

« C'est Lafitte. » dit-il entre une inspiration et l'autre «  Elle a complètement perdu le contrôle et elle a attaqué Simmons. »

Wallace sentit son cœur manquer un battement. Louise ? Hors de contrôle ?

Oh, merde.

« Où est-elle ? » interrogea-t-il avec empressement.

« Dans sa chambre, » répondit l'agent « elle dort, maintenant. »

« Elle dort ? Louise ? »

Il n'y comprenait plus rien : Louise ne dormait pas. Encore moins qu'elle n'attaquait les gens.

« Plumtree. » entendit-il qu'on l'appelait, derrière lui.

C'était Coulson, et avec lui, Nathan, qui prenait appui sur son épaule, toujours très pale mais l'air un peu plus lucide. Il s'approcha rapidement, prit Nate par le bras, le soutenant du mieux qu'il le pouvait.

« Qu'est ce qu'il se passe ? » demanda-t-il à Coulson, avant de s'adresser à Nathan « Ça va mieux ? »

Nate acquiesça, se redressant autant que possible.

« C'était le vampire. » dit-il, se passant une main sur le visage pour repousser les mèches blondes qui tombaient devant ses yeux, « L'énergie que j'ai sentie tout à l'heure. Il est parti, mais il y a encore quelque chose. »

« C'est Louise. » dit Coulson, en hâtant le pas vers la chambre de celle-ci « Quelque chose ne va pas avec elle. »

Ils arrivèrent dans son couloir, et Wallace sentit que Nathan s'appuyait d'avantage sur son bras. Il était livide. Il sentit l'inquiétude le gagner tandis qu'il observait les lettres brillantes avec lesquelles la jeune fille avait décoré sa porte.

Louise, mais qu'est-ce qu'il t'arrive ?

Laissant Nate s'appuyer contre le mur, il posa la main sur la poignée et déglutit. Un instant, il se demanda s'il devait toquer à la porte, et il échangea un regard avec Nathan. Celui-ci hocha la tête, décidé, et Wallace tourna la poignée.

« Par les Vishantis. » entendit-il le sorcier murmurer derrière lui, et il écarquilla les yeux, horrifié.

« Louise... » souffla-t-il, se rapprochant lentement du lit.

Qu'est ce qu'il t'arrive, putain ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Discussion à la bibliothèque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Discussion à la bibliothèque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Bibliothèque philatélique
» Bibliothèque d'images
» Mystère de la Bibliothèque Verte / Bibliothèque de la Jeunesse
» Enid Blyton, biopic de la BBC + discussion sur son oeuvre
» expo bleach Bibliothèque Vandamme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARVEL-1610-2342 :: ROLEPLAY :: USA :: NEVADA :: Projet N.E.M.E.S.I.S.-
Sauter vers: